Maison Van Gogh de Colfontaine

Site et monument historiques ,  Patrimoine bâti à Wasmes
visitMons-QDardenne
visitMons-QDardenne
visitMons-QDardenne
visitMons-QDardenne
visitMons-QDardenne
visitMons-QDardenne
visitMons-QDardenne
visitMons-QDardenne
visitMons-QDardenne
visitMons-QDardenne
visitMons-QDardenne
visitMons-QDardenne
visitMons-QDardenne
  • Mons Card Partner: 0,50€ de réduction

    221, rue Wilson à Colfontaine

    « J’ai loué une petite maison où j’aimerais bien habiter tout à fait seul mais, pour l’instant, comme Pa trouve préférable, et moi-même aussi, que je loge chez Denis, elle ne me sert que d’atelier ou de cabinet de travail ».

    (Vincent van Gogh à son frère Théo, lettre du 4 mars 1879)

    C’est en mars 1879 que Vincent van Gogh évoque pour la première fois la maison sise 81 rue du Petit Wasmes, aujourd’hui rue Wilson à Colfontaine. A son arrivée dans le Borinage quelques mois plus tôt, en décembre 1878, l’évangéliste Benjamin Vanderhaegen lui avait rapidement trouvé ce logement. La maison appartient à un boulanger du nom de Jean-Baptiste Denis et aura un rôle prépondérant dans le parcours de l’artiste.

    C’est là qu’il vit son « compagnonnage » avec les mineurs. Il en fera la thématique de ses premiers essais de dessin. C’est aussi dans cette maison qu’il écrit à son frère des lettres qui vont, comme ses lectures, orienter sa vie vers un destin artistique exceptionnel. Ces éléments précieux de mémoire et d’histoire, conjugués au fait que les lieux cités existent toujours, ajoutent au devoir de sauvegarde de la maison Denis, qui reste l’un des rares témoignages de la présence de Van Gogh dans le Borinage, et particulièrement à Wasmes (aujourd’hui Colfontaine).

    Il y a un an encore, seule sa façade avait été préservée en l’état original. Le reste de la maison nécessitait un travail méticuleux de reconstruction que rend possible les documents iconographiques existants.

    « Tout près des grands bâtiments sinistres de la mine Marcasse, qui se dressaient à part, isolés dans la plaine, et faisaient vraiment penser à cette nuit-là, sous la pluie battante, la masse de l’arche de Noé, telle qu’elle a pu apparaître dans l’obscurité, lors du déluge, à la lumière d’un éclair».

    (Vincent van Gogh à son frère Théo, lettre du 19 juin 1879)

    Un patrimoine d’utilité publique

    De manière générale, ce qui nous reste aujourd’hui de Van Gogh, en dehors bien sûr de ses oeuvres, ce sont les traces immobilières de son parcours : la maison natale de Groot Zundert, le presbytère de Nuenen, la maison de Cuesmes, l’hôpital de Saint-Remy, l’auberge d’Auvers sur Oise. Une association « Van Gogh Europe » a été mise en place le 2 février 2012 et se propose de relier virtuellement les lieux où l’artiste a vécu.

    La maison de Coflontaine vient à présent compléter ce « chemin de pélérinage ». Car, pour les amateurs, le fait que l’artiste cite la maison Denis dans sa correspondance et y ait écrit parmi les lettres les plus essentielles de sa vie, en authentifie le caractère unique et irremplaçable et renforce l’attraction du lieu. Les anciennes « résidences Van Gogh » contribuent ainsi à l’image de marque et, à grande échelle, au rayonnement des villes concernées et génèrent un taux appréciable de visiteurs par an.

    La maison sera ouverte tous les week-ends de 10h à 16h. La semaine sur rendez-vous pour les groupes uniquement - excepté le lundi et le mercredi après-midi.
  • Langues parlées
    • Français
  • Labels
  • Tarifs
  • Adulte
    À partir de 2 €
Ouvertures
  • Toute l'année
  • Samedi
    10:00
    16:00
  • Dimanche
    10:00
    16:00
Déposer un avis

Écrivez votre avis sur Maison Van Gogh De Colfontaine :

  • Horrible
  • Mauvais
  • Moyen
  • Très bien
  • Excellent
Il n'y a pas encore d'avis sur Maison Van Gogh De Colfontaine, soyez le premier à en laisser un !