Presque totalement disparu à la fin du 19ème siècle, le château d'Egmont à Herchies doit sa survie au chanoine Edmond Puissant. Aujourd'hui occupé par une communauté religieuse, cet ancien château fort a été la possession d'illustres familles tout au long de son histoire. Découverte de ce patrimoine chargé d'histoire.
 

Une histoire mouvementée

L’histoire de ce château fort a débuté au XIème siècle. Wauthier, alors seigneur de Lens fait édifier, aux confins du village d'Herchies, une première forteresse que ses différents successeurs amélioreront jusqu’en 1325. L'édifice passe ensuite dans les familles de Ressegem et de Gavre, avant d’être la possession de Nicolas Rolin, qui fait bâtir le donjon vers 1461. En 1570, Charles de Berlaymont et son épouse Adrienne de Ligne restaurent le château avant de passer aux familles d’Egmont et Egmont-Pignatelli qui rachètent le domaine lors de la Révolution française.
A la fin du XIXe siècle, le château est un ensemble de ruines, ne restent debout que le donjon du XVe et le logis du prévôt qui abrite une ferme.
L'édifice aurait alors pu disparaître si Edmond Puissant, grand collectionneur et passionné de patrimoine, ne l'avait pas racheté. Auteur de plusieurs restaurations de châteaux dans le Hainaut, le chanoine entreprend son sauvetage et restaure chacune des pierres encore debout. En 1933, il lègue à la ville de Mons son patrimoine et ses collections toujours visibles au Musée Chanoine Puissant.
 

Le Prieuré Marie-Médiatrice

Un peu à l’écart de la localité d’Herchies se dressent ainsi les beaux vestiges de l’important château-fort datant du bas moyen âge. Ces nombreuses transformations lui permettent aujourd’hui de témoigner d'une histoire longue de plusieurs siècles, pour le plus grand plaisir des visiteurs mais aussi des moines qui y habitent.
Fondé le 4 octobre 1985 sur le site du vieux château, le prieuré Marie-Médiatrice compte aujourd’hui une petite vingtaine de moines, qui assurent au lieu les différents travaux d’entretien et de restauration. Ils proposent un petit artisanat fait de fabrication (ou de restauration) de tableaux, de statues et de chapelets. Un magasin monastique met en vente les différents produits de leur travail : paniers, confitures, pots en grès… Une possibilité d’accueil en chambres pour partager « leur prière et leur silence » est aussi possible. Quelques nuitées qui, a n’en pas douter, vous offriront les conditions idéales pour vivre pleinement vos moments de spiritualité. Situé en pleine nature, le parc et les douves offrent en outre une belle zone de quiétude !