Le long de l'autoroute Bruxelles-Paris, à hauteur d'Hensies, deux immenses pylônes coiffés  d'une main stylisée ont peut-être déjà retenu votre attention. Installée depuis 1972 sur l'ancien poste frontière, l’oeuvre réalisée par Jacques Moeschal symbolise l’amitié entre la Belgique et la France. Anobli par le Roi Baudouin en 1992 au titre de chevalier, Moeschal est probablement le sculpteur « monumentaliste » belge le plus connu internationalement.
 

Un artiste, une philosophie

Né à Uccle en 1913, Moeschal fait des études d’architecture et de sculpture à l’Académie Royale des Beaux-Arts de Bruxelles. Pour lui une sculpture, pour qu’elle ne soit pas résumée à une simple forme doit s’intégrer dans un contexte de vie publique. Moeschal a passé sa vie à chercher des lieux hautement symboliques, des points de repère sur le chemin des hommes. « De tout temps prendre la route, fut pour l'homme un besoin, un plaisir et un risque et c'est pourquoi il a toujours cherché à jalonner ses étapes par des signes qui l'aidaient, le guidaient et le rassuraient :  les grandes bornes de pierre, les tombeaux, les calvaires, les croix, les bornes kilométriques et les poteaux indicateurs… ces signes sont des points de repères, ils se veulent aussi symboles et témoignages : l'homme est passé par là et y a laissé sa marque… » écrivait-il.
 

L’amitié franco-belge

Toutes ses réalisations traduisent le soucis de meubler l'espace des grands axes routiers et d'apporter à l'homme le réconfort d'une présence artistique. Le monument signal d’Hensies est de cette veine. Haut de 57 mètres, cette structure en béton se compose de deux pylônes verticaux, l’un en France, l’autre en Belgique. Au sommet, l’artiste a symbolisé deux mains qui illustrent la rencontre et l’amitié entre les deux pays. La symbolique est belle et le lieu particulièrement adapté. La construction européenne a fait disparaitre les frontières l’ancien poste frontière a ainsi été opportunément transformé. Une oeuvre d’art pour la mémoire.

 
Partout dans le monde

Décédé en 2004, Moeschal a tout au long de sa carrière posé en Belgique et dans le monde entier ses oeuvres monumentales. La porte de Namur à Bruxelles dans le quartier Toison d’Or, possède « son Moeschal ». Un fût d'acier et de lumière de 5 tonnes qui réorganise le paysage urbain avec harmonie et esthétisme. Ce « Signe de lumière » composé de 3 flèches d’acier brossé de 10 mètres de hauteur s’intègre parfaitement depuis 1999 au quartier. Autre projet de taille, son « Disque Solaire » le symbole des Jeux Olympiques de Mexico en 1968. Haut de 20 mètres il fut érigé au sommet d’une ancienne pyramide Maya (les travaux la révélèrent) le long de la « route de l’amitié ». Son « disque » marquait l’entrée du Village Olympiques, une maquette préparatoire de l’oeuvre est visible dans les jardins du Musée d’Ixelles. En Belgique toujours, une autre de ses oeuvres marque l'entrée du pays, le long de l'autoroute Gand-Lille, à Aalbeke. Pour les amateurs, à Bruxelles, la base de la Tour du Midi présente en façade une sculpture-fontaine en acier inoxydable de Moeschal. Chapeau l'artiste.