Faire un pas de côté ou prendre de la hauteur, c'est bien souvent nécessaire pour avoir une vision différente de ce qui nous entoure. A Frameries, au sommet du terril du Crachet, l'histoire du Borinage et son étonnante reconversion se dévoilent sous un jour inattendu.
 
Lorsque les exploitations minières ont fermé les unes après les autres dans le Borinage, longtemps les pouvoirs publics se sont demandés ce qu'ils allaient pouvoir faire des charbonnages et des terrils qui leur faisaient face. A Frameries, pas question de voir ces témoins de l'histoire disparaître. En 2000, l'ancien charbonnage du Crachet-Piquery s'est mué en Parc d'Aventures Scientifiques et de Société. Aujourd'hui, tout le monde connaît le PASS. On y découvre de façon particulièrement ludique les sciences et leurs différentes applications dans notre vie de tous les jours. Sur une journée, vous pouvez vous adonner en famille (même avec des tout petits) à de multiples expériences.

Une étonnante reconversion

Un châssis à molette transformé en belvédère, une passerelle de 200 mètres de long... Si vous n'êtes jamais allés au PASS, vous serez sans aucun doute surpris par les lieux. Réhabilités par Jean Nouvel, ils ne se résument pas qu'à un simple musée. Sur 28 hectares, c'est un complexe entier qui a été imaginé par l'illustre architecte français.
Telle une pyramide de Gizeh, le terril du Crachet surplombe fièrement l'ensemble. Entamer son ascension, c'est toucher du doigt le travail de milliers d'hommes qui des années durant descendaient à la fosse pour remonter l'or noir dans des conditions bien souvent effroyables. Pensez y lorsque vous foulerez le sol de cette montagne de schiste. Sans la main homme, tout cela n'existerait pas.
 

La nature est reine

Aujourd'hui, la nature a pris sa revanche et s'exprime de la plus belle des façons. Exit les gueules noires. Sur le terril, les mines sont réjouies. Du parking, un sentier emmène les promeneurs sur les hauteurs du monticule. En chemin, vous découvrirez des roches très anciennes et observerez  l'évolution fulgurante de la nature. Si le bois domine, on voit apparaître de temps à autres de belles zones ouvertes par des friches herbeuses ainsi que quelques mares ! Sur le Crachet, on dénombre d'ailleurs pas moins de 8 espèces d'amphibiens. Côté flore, il faudra ouvrir grand les yeux pour identifier la listère ovale, la gesse tubéreuse ou encore le chardon penché, une belle épineuse aux fleurs rose-pourpre !

Une vue à couper le souffle

Au sommet, c'est la stupéfaction pour quiconque n'a jamais mis les pieds sur un terril. Le sol oscille entre le rouge et le noir et fume à certains endroits. Non, vous ne rêvez pas. Le terril est bel et bien encore en combustion plus de 50 ans après la fermeture de l'exploitation.
De là haut, la vue sur le parc peut vous laisser pantois. Vous vous sentirez tout petit. Petit face à la nature. Petit face à l'ensemble architectural imaginé par Jean Nouvel. Mais surtout petit face à l'histoire qui vous fait face. Essayez de vous plonger un siècle en arrière et d'imaginer les va et vient, le bruit sourd qui devait régner et les fumées grisâtres qui devaient s'échapper d'ici. Essayez d'imaginer ne serait-ce qu'un instant le quotidien des mineurs. Alors, la bouffée d'oxygène que vous prendrez avant de redescendre ne vous sera jamais apparue aussi précieuse.