Encerclés par les Allemands cinq fois plus nombreux qu'eux, 4 000 soldats du Commonwealth se frayent un chemin et sortent sains et saufs d'une mort certaine. A peine revenus sur le camp, une rumeur se propage : des anges venus du ciel leur auraient ouvert la voie.

 

Voués à la mort

Alors que la bataille de Mons fait rage et que l'on ne compte plus le nombre de Britanniques déjà tombés sous le coup des tirs ennemis, la 8e brigade défend bec et ongles le saillant de Mons. Au soir du 23 août, à la nuit tombée, la situation est grave. Les 21 000 Allemands engagés dans la bataille ont débordé Mons par l’Est. Ils occupent la ville et menacent les arrières britanniques. Sur la droite, la situation est tout aussi catastrophique, les soldats du Commonwealth doivent faire face au 7e Régiment de Brême qui tient Spiennes. Pourtant, la 8e brigade s'en sort miraculeusement. Elle se fraye un chemin dans l'obscurité et rejoint son campement.

Sauvés par des anges

L'histoire aurait pu en rester là si une rumeur n'avait pas couru parmi les soldats. Certains ont prétendu avoir aperçu des anges sous la forme d'archers. Ces derniers auraient stoppé net les Allemands pour leur permettre de battre en retraite. Fiction ou réalité ? Difficile à dire bien sûr. La Grande Guerre a fait l'objet de nombreuses légendes. A plusieurs endroits du front, des soldats auraient obtenu l'aide de figures célestes pour rester en vie.

Une légende rentrée dans l'histoire

L'église puis la couronne britannique s'emparèrent de l'événement pour inciter les soldats à poursuivre leurs efforts. Et puis, peu de temps après les faits, l'écrivain fantastique Arthur Machen publiait une nouvelle dans le London Evening News, mettant en scène l'événement. Il y racontait l'épopée d'un soldat britannique aidé par des archers pour se sortir des griffes de l'armée allemande. L'homme avait évoqué Saint-Georges, patron des militaires et figure légendaire de la ville de Mons. Même si rapidement, il confessait avoir inventé l'histoire de toute pièce, le doute n'était plus permis. La légende prit des formes diverses. Les anges furent présentés de différentes manières, tantôt par un nuage lumineux tantôt par un chevalier ailé. Particulièrement célèbre, la légende de Mons fait toujours couler beaucoup d'encre aujourd'hui, 100 ans après le début du conflit.