« Tu verras, un moment, tu passes par le golf, c’est super joli... »

« Arrête tes conneries, mon vieux », voilà qui résonne dans ma tête en ce mois de janvier. Le temps des bonnes résolutions, dit-on ! J’arrête les excès et je me remets au sport… comme chaque année à la même époque en fait. Mais cette fois, promis, promis, je m’y tiens !
 
Me voilà donc parti (en voiture faut pas déconner) vers l’enseigne sportive la plus proche où j’ai dépensé mes étrennes pour une paire de Mi**no Wave Ultima 8, « qu’il paraît que c’est le top super top adapté pour moi » d’après le vendeur. J’ai fait semblant d’y croire et ajouté quelques babioles pour faire plus pro. Ne restait plus qu’à trouver un endroit agréable et proche de chez moi pour m’user les genoux. C’est aussi le moment où tu dois dire non à ton copain marathonien, tout en lui faisant croire que t’as du niveau…
 
Et là, tu te souviens de Jurbise...

Après quelques essais (bois, RAVeL, route), je me suis souvenu que quelqu’un qui connaît quelqu’un qui connaît quelqu’un m’avait parlé d’une piste à Jurbise. Hop, hop, hop : j’allume mon PC et une demi-heure de mises à jour plus tard, me voilà sur Google. J’aurais pu prendre mon « Phone » mais je voulais faire ces #!?/<§s de mises à jour… allez comprendre !
 
Rien ! J’ai rien trouvé à part un vieil article qui dit que l’accès est payant : 850 francs par an ! Soit. Lets’go, j’enfile ma veste hyper fluo et autre équipement (#taslairdunconmaistescontent) et je me lance : direction Jurbise (en voiture faut toujours pas déconner).
 
La piste se trouve derrière l’Académie de Police, route d’Ath à Jurbise.

Euh… et je me gare où ?!? Ouf, il y a un parking gratuit. Super bon point ça.
 
Je sors. Je lis le panneau à l’entrée. Ça va, je peux y aller ! Un check à ma montre sportive « Satellite trouvé, partez » !
 
1, 2, 3 : j’y vais. Il fait clair : 12h57. Froid de canard par contre. Premier tournant, premières impressions : c’est chouette !
 
On est complètement isolé de la route, dans un bosquet. La piste est en terre et il y a des petits panneaux tous les 100 mètres ; comme cela tu sais que t’es « au bout de ta vie» mais que t’as fait que 700 mètres… la honte ! Surtout que je ne suis pas seul… ah ben ouais : suis pas le seul gars au monde sur les traces de Vincent Rousseau. « C’est qui c’lui-là d’abord ? » Après 2 km, je ne sais plus comment je m’appelle… Faut que je m’arrête ! Que je reprenne mon souffle pour m’en souvenir. Il est quand même passé à ça du record du monde au marathon de Berlin 95’ ! Montois en plus !
 
« Tu verras, un moment, tu passes près du golf, c’est super joli » m’avait dit l’ami de l’ami qui connaît quelqu’un. Coup d’œil à gauche et à droite. J’y suis, c’est super calme, hyper beau. Mais bon, faudrait quand même pas que je me prenne une balle de golf en pleine tronche. Prudence est mère de sûreté, je repars… marre aussi des « antilopes » qui me dépassent avec l’expression facile qui te dit « WTF, on s’arrête pas là ! ».
 
Une piste bien équipée et agréable...

J’avais pas vu mais il y a 3 boucles. 400, 1.000 ou 1.600 mètres. On peut donc multiplier les boucles et moduler sa distance. Évidemment, j’étais parti sur la plus grande boucle, d’où l’arrêt, Vincent Rousseau, les antilopes et tutti quanti.
 
Au final, j’ai fait 3 grands tours avec un peu de marche. Pour une première, j’étais content. À l’analyse des résultats dispos sur appli : j’ai rien compris ; graphique par ci, graphique par là. Pas besoin de tout cela pour savoir que je ferai mieux la prochaine fois.
 
Je suis retourné en soirée, histoire de contrôler que les lampadaires fonctionnent. Ce serait quand même un sacré panard de savoir que tu peux y aller l’hiver après le boulot. Contre toute attente -j’avais aucun espoir en fait- cela fonctionne : la piste est éclairée. C’est pas l’autoroute mais il y a moyen de pas se casser la figure et ça c’est cool. Tout comme le parcours-santé. Vieillissant mais bon, c’est une usure normale et ça reste exploitable. J’ai tenté le pont de singe, résultat : je n’ai plus eu de doigt pendant une semaine !
 
Bref, c’est une piste boisée très agréable et accessible assez tard. Le mieux si on ne veut pas croiser la police (non pas que j’ai des choses à me reprocher mais bien qu’ils y fassent leurs entraînements), c’est de venir entre 17h et 21h. En été, ça doit être bien sympa tôt le matin. Mieux vaut aussi éviter les jours de pluie ou les lendemains sauf à vouloir salir son matériel (ça fait toujours plus pro). Le petit bémol est, qu’au final, ça reste répétitif et qu’il faut alterner avec d’autres endroits propices au jogging comme les bois ou les pistes RAVeL. Enfin, c’est mon avis.
Quoi qu’il en soit, la piste Vincent Rousseau : Check ! Et c’est super !
 
Piste Vincent Rousseau, Route d’Ath, 25-35 à 7050 Jurbise
 

Commentaires

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.