Ou comment faire partager aux enfants un morceau d’histoire pas si simple.
A tous les parents qui n’osent pas franchir le pas d’aborder, avec leurs chères petites têtes blondes, l’histoire de la Grande Guerre, je dis : « Emmenez toute la famille à Saint-Symphorien », le cimetière le plus joli du monde (de mon point de vue très objectif de Montoise...) et le lieu le plus agréable pour parler aux enfants de la guerre.
Peut-on, me direz-vous, accoler le terme de « joli » à celui de « cimetière » ? Bien que cela puiss surprendre, le « oui » s’impose à toute personne qui grimpe les quelques marches et ouvre un jour la barrière donnant accès à ce lieu de mémoire.
Oserait-on faire d’un cimetière un lieu de promenade familial ? Tout autant... Car s’agissant de celui de Saint-Symphorien, il ouvre des perspectives de découvertes qui, si elles honorent les combattants, seront loin d’ennuyer les petits monstres.

Tous unis, quelles que soient leur culture ou leur nationalité

Franchissez le seuil avec moi, voulez-vous ? Nous voici dans un lieu vert et bruissant de chants d’oiseaux, où des érables rouges rappellent que les amis Canadiens ont, eux aussi, pris part à la Bataille de Mons. Laissez vos enfants vadrouiller à la recherche de ces vaillants défenseurs des libertés grâce à la feuille qui orne leur sépulture autant que leur drapeau.
Ensuite, observez avec eux la bizarrerie des blasons, des armes de chaque régiment : ici un tigre, là un cheval à bascule ou encore un sphynx... Chacun raconte son unité, les batailles remportées sur d’exotiques champs ou les jolis comtés anglais qui ont donné le jour à ces soldats, parfois très jeunes.
Remarquez les tombes allemandes, plus massives, gris souris, qui marquent par leurs tailles différentes les rangs, du simple soldat au plus haut gradé et passez, sans barrière ni fossé, des alliés aux ennemis d’alors. Ici, on honore la mémoire de tous ceux qui ont défendu une cause
Et on le fait dans un lieu champêtre, apaisant, vallonné où les enfants pourront prendre le temps de lire les noms parfois très étranges, ou d’admirer les nombreux « poppies » qui émaillent d’une touche de rouge tonique les parterres. C’est l’occasion de leur faire découvrir l’histoire de ces coquelicots de la mémoire.

Une balade curieusement familiale !

Avant de quitter les lieux, même les plus petits pourront laisser, s’ils en ont envie, une trace de leur passage dans ce si bel écrin, en écrivant un petit mot ou en déposant un dessin dans l’une des deux cachettes de part et d’autre de l’entrée. Elles abritent un livre du visiteur qui n’attend que les impressions des jeunes promeneurs qui auront, grâce à ce bel endroit, abordé la Bataille de Mons d’une façon un peu ludique et tout à la fois respectueuse.
Pour les plus grands, il ne vous restera plus qu’à revenir sur les pas des « Old Contemptibles » une prochaine fois, en parcourant les points de la promenade qui vous mènera de Casteau à Obourg ou Nimy.
Si vous ne vous sentez pas assez « expert » en la matière, l’Office du Tourisme vous proposera d’accompagner votre chemin avec un guide aussi passionné que passionnant. Une autre manière de se souvenir.
Parce que la mémoire, il n’y a pas d’âge pour l’entretenir, et de manière agréable, de préférence !

Commentaires

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

La tombe maternelle.

Je portes hommage à ces disparus qui honores une cause de la patrie et que l’on doit commémorés en souvenir.
✍️