Ou comment débuter la conquête de l’Ouest en suivant la route du hamburger...
Ne reculant devant aucun sacrifice, et armée d’un amour immodéré pour le pays de l’Oncle Sam et ses spécialités culinaires, j’ai suivi pour vous, non pas la Route 66, mais celle du diabolique pain fourré made in US.
Parce que les chefs montois aiment les hamburgers, et que les gourmets s’en réjouissent.

Le rêve américain à Mons

Il ne s’agit pas ici de vous donner un cours sur la préparation de cette invention aussi géniale que calorique. Pas plus que de vanter la rapidité de service d’un quelconque restaurant fast food où vous engloutiriez, en 10 minutes chrono, un sandwich standardisé qui ne vous laissera d’autre souvenir qu’une relative lourdeur à la digestion.
Non, suivez-moi à travers les rues de Mons à la quête de l’héritage américain. Mons, home of the SHAPE, que diable. Avec tous les résidents US qui partagent notre belle ville, il souffle ici un vent d’Amérique bien rafraîchissant.

Des hamburgers revisités

Armez-vous d’un jeans stretch, d’un sweat large et commençons notre balade gustative, voulez-vous ? Nous voici sur la Grand-Place. Gauche ? Droite ? Rue du Miroir, sans hésitation. Attaquons par le plus britannique des postes : le Sherlock. Les étudiants connaissent bien l’ambiance feutrée et les burgers aux proportions respectables, avec un budget confortable.

Votre portefeuille est un peu plat ? Qu’importe, filez rue de la Clef où le Twenty Buns vous tend sa porte, la plus américaine de la ville. 20 burgers des plus classiques aux plus créatifs, du boeuf au canard en passant par le saumon, ici, rien n’est interdit et même les douceurs maison sont made in US. Aahhh que ne ferais-je pour un cheesecake ?

Vous voudriez un endroit plus design ? Difficiles que vous êtes ! Mais Mons l’a aussi dans sa manche : le Dream. Quoi, un hôtel-spa met un hamburger à sa carte ? Eh bien oui... Mais revu et corrigé en version « chic ». Un seul mot : miam.
Pas encore tout à fait convaincu ? Remontez vers la rue de Nimy – cela vous fera un peu digérer, vous en êtes déjà au troisième, pas vrai ? – Le Bailly l’a mis à sa carte, lui aussi. Et dans un cadre ancien magnifique qui vous fera savourer, plutôt que dévorer, votre plat préféré.
Encore une petite faim ? Dites-donc, quel appétit. Qu’à cela ne tienne, nous avons encore de la réserve... Une vision plus méditerranéenne du burger ? Foncez au Dolce Gusto, à la rue d’Havré, et mordez avec bonheur en prenant l’air de la terrasse.
Comment, vous ne savez pas vous décider ? Je ne vais pas vous simplifier la tâche... Le Citizen Fox, installé dans l’ancienne résidence de l’historique Maison Devos, vous attirera peut-être par son ambiance de bar lounge et trendy ? The place to be, assurément.
Alors, vous avez choisi ? Bon, un petit dernier pour la route, mais il vous faudra prendre le bus ou votre véhicule personnel – vélo, voiture, rollers ou quaterback horse – pour terminer ce tour à Maisières, chez l’Oncle Sam, où musique country et Elvis raviront vos oreilles pour une expérience USA totale.
Maintenant, à vous de la refaire, cette route du burger ! Belle dégustation...

Commentaires

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

N'oubliez pas le double cheese burger de l'Envers qui existait bien avant tous les autres et qui est vraiment très, très bon !