Mons Passé Présent transforme une fois encore le cœur historique de la Ville de Mons en une scène de théâtre pas comme les autres. Cours et ruelles traversant le patrimoine exceptionnel de la ville deviennent alors le décor de la petite et de la grande histoire de Mons, le tout avec beaucoup d’humour et un soupçon d’impertinence !

 
Cette promenade théâtrale se compose de cinq saynètes « tout public » réparties aux quatre coins du cœur historique de Mons. Pour cette édition, un nouveau thème commun sera le « fil rouge » des différentes saynètes jouées. Cette année, à l’approche des Commémorations du centenaire de l’Armistice de la Grande Guerre, les metteurs en scène de cette édition vont vous compter leur vision de cette libération au travers de la maxime désormais célèbre « Libérés ! Délivrés ! ».

MONS PASSÉ PRÉSENT / HORAIRES

Vendredi 14 septembre  -  18h00 > 21h00*
Samedi 15 septembre  -  15h00 > 18h00*
Dimanche 16 septembre  -  15h00 > 19h00*
Durée : Environ 1h30’
(*) Heure du dernier départ

 

MONS PASSÉ PRÉSENT / LES SAYNÈTES


Scène du Mayeur Jardin du Mayeur – Hôtel de ville

"La vie rêvée des anges ?" par ITEM’S Productions

Texte et mise en scène : Lara Cowez Avec : Floriane Bibauw, Adrien Mubu, Vincent Santamaria et Emilien Vekemans.
 
Deux anges de Mons sont jetés sur la terre au moment où la guerre se termine. Ils sont tombés, ils ne sont pas déchus, ils ont été libérés, délivrés de leur condition d’immortels. Ils peuvent s’incarner en humains, devenir des hommes. De nombreuses questions les animent… Partir ou rester ? Croire assez en l’humanité pour vouloir vivre une vie d’homme ou retourner d’où ils viennent. Ils ne sont d’accord sur rien ! Quand arrivent un soldat canadien et une jeune femme qui eux aussi parlent d’un possible départ. Ils doivent aussi faire des choix, la guerre est finie, la vie doit reprendre ses droits. Une double conversation s’installe alors entre les anges et le couple, faite de quiproquo et de double sens, forcément cocasse puisque les humains ne les entendent pas. L’heure du choix avance pour les anges, leur temps est compté. La décision du couple liera le choix des anges. Et celui qui décidera de rester n’est pas celui que l’on croit...

 

Scène de Gages - Cour de l’hôtel de Gages - Rue d’Enghien

"Le conseil des anges" par la Cie Michel Tanner

Texte et mise en scène : Michel Tanner. Costumes et maquillages : Crisanta Fernandez. Régie : Claude Duquenne avec le soutien de la Fabrique de Théâtre. Avec Alexis, Didier, Fred, Georges, Laurence, Maryse, Mathilde, Noémie, Pauline, Quentin et Stéphanie.

C'est le centenaire de la fin de la Grande (la guerre, pas Zoa... évidemment). Nos édilités, surtout dans une année électorale, veulent marquer le coup et remercier tous ceux qui nous ont permis de remporter la victoire. Comment... il n'y en a plus ? Plus un seul ? Qu'est-ce qu'on va bien pouvoir faire alors ? On avait prévu un grand goûter avec des couques et du cacao... Allons, restons sérieux, Mons, ville des anges et du combat du bien contre le mal (doudou) se doit de commémorer cet instant de « libération /délivration » (traduction littérale de l'anglais). Ainsi, les dirigeants montois, sans (trop) de distinction politique, se retrouvent pour en parler.
 

Scène Marguerite - Cour de la Bibliothèque universitaire

"Et ma jeunesse est morte ainsi que le printemps" par Instants facultatifs

Metteurs en scène, auteurs et scénographie : Eddy Mathieu & Daniel Decot. Régie : Zacharie Viseur. Comédien(ne)s : Lauriane Jaouan, Renato Mulone, Laurent Dauvillée, Daniel Decot et « Les 5 Gavroches ».
 
1918. Cour intérieure d'une ferme. Une carcasse de bœuf trône au centre. Un couple, gérants du système d'alimentation des occupants, est prêt à tout pour protéger leur bien. Un groupe d’enfants exilés, dans le dénuement, affamés, est prêt à tout pour survivre. Dilemme : négocier ou se battre ?
 

Scène Bervoets - Cour de l’ancien Lycée - Rue M. Bervoets

"The end" par l’Atis Théâtre

Texte, musique et mise en scène : Rosario Amedeo. Scénographie : Jean-Pol Piron. Régie : Laurent Le Mariau et Pascal Inge. Acteurs : Christophe Lambert, Eric Da Costa, Antoni Lopresti, Angelique Leleux, Maud Perveux, Rosario Amedeo, Jean-Pol Piron.

10 novembre 1918, deux  tranchées. D'un côté, les soldats alliés, fatigués, exténués. De l’autre, il ne reste qu'un soldat allemand : Franz Mayer. Des 2 camps, personne  ne tire, personne ne bouge. Une rumeur court, la fin de la guerre est imminente. Les soldats alliés s'en réjouissent mais pas leur lieutenant...
 

Cour de Wallimage – Rue du Onze Novembre

"There but not there" par le Box Théâtre

Écriture et mise en scène : Eric Serkhine. Assistanat et régie générale : Céline Lejeune. Avec : Magali Bolognino, Boris Bary, Julie Gillot, Roseline Liénard, Anne Lalieu, Vincent Jadot, Sébastien Slowack, Jean-Christophe Borremans et Patrick Robert. À l’accordéon : Géraldine Merveille.
 
Cette année, pour commémorer la fin de la Grande Guerre, l’asbl BOX THEATRE a imaginé une intrigue mettant à l’honneur les soldats de la Guerre 14-18 et plus encore, celles et ceux qui étaient à l’arrière des combats : les infirmières. Florence Nightingale ou Edith Cavell sont des figures bien connues du grand public et aujourd’hui encore, on célèbre leur droiture, leur abnégation et leur sang-froid devant l’ennemi et les horreurs des massacres. Aussi, est-ce une ode à ces femmes et à leur dévouement sans borne que nous nous proposons de porter à la scène dans une évocation sensible, réaliste et romanesque.