Reconnue dans toute la Belgique comme l'un des plus beaux (pour ne pas dire le plus beau !) cortèges religieux du pays, la procession du Car d'Or débute à 9h30 le dimanche de la Ducasse.  

Sainte-Waudru retrouve sa cité

Au petit matin, la collégiale de Mons résonne encore de l'air du Doudou. La veille, les reliques de Sainte-Waudru ont été descendues devant le Doyen, le Bourgmestre et des centaines de Montois heureux de rendre hommage à la patrone de la cité. Le Car d'Or qui transporte la châsse est prêt. Il est 9h30, la procession peut commencer. Pendant toute la matinée, le char d'apparat va promener les reliques de Sainte-Waudru à travers la ville en compagnie de 1.500 figurants
 

Sept siècles de procession

Sur les trottoirs et derrière les barrières de sécurité, les habitants applaudissent au passage du Car d'Or tiré par six chevaux de trait. Malgré les siècles, la tradition reste vivace. La procession dont on remonte les origines au XIVe siècle attire des milliers de personnes. Les différentes corporations, confréries et autres groupes historiques qui précèdent le char s'avancent lentement. Etendards, joueurs de musique ancienne, reliquaires, châsses, confréries, chanoinesses et autres cavaliers évoquent avec faste l'histoire de Mons...
 

Rendez-vous avec l'histoire

En costume d'époque, les participants rappellent que Mons a de tous temps joué un rôle capital dans l'histoire européenne. Les confréries et corporations défilent en musique. Le Car d'Or ferme la marche. Sur le char, autour de la châsse de Sainte-Waudru, un prêtre accompagné d'acolytes lit à plusieurs endroits emblématiques de la ville un miracle attribué à la sainte. Au cours des lectures, les fidèles tendent divers objets aux enfants qui les appliquent sur la châsse dans l'espoir qu'ils leur portent bonheur. Après avoir fait le "tour" de la ville, le Car d'Or rejoint la collégiale non sans avoir emprunté la rampe Sainte-Waudru. La montée d'une trentaine de secondes constitue à elle seule un temps fort de la Ducasse.