Ennemis dans la bataille, unis dans la mort. Telle pourrait être la devise du cimetière militaire de Saint-Symphorien à Mons. Ici reposent presque main dans la main 229 soldats du Commonwealth et 284 soldats allemands. C'est à cet endroit que reposent les soldats Parr, Ellison et Price... the Fisrt & the Last.

Jardin de la paix

Deux étoiles au guide Michelin, le cimetière de Saint-Symphorien rivalise avec les plus grands sites touristiques belges. Et pour cause. Nulle part ailleurs en Europe, on ne trouve trace d'un tel site de mémoire. Plus qu'un cimetière, on peut parler ici d'un champ de repos ou d'un jardin de la paix tant l'environnement fait penser à un parc botanique. Composé de petits îlots de verdure, le cimetière militaire de Saint-Symphorien multiplie les ambiances et zones de recueillement. Des conifères en tout genre font face à quelques essences plus rares comme le cerisier du Japon. Mais derrière ces hautes futaies se cache surtout une histoire hautement symbolique.

Cimetière pour tous

En 1916, alors que la ville de Mons est occupée, un soldat allemand erre dans les champs à la recherche d’un terrain pour enterrer les restes des corps de ses camarades tombés pendant la première bataille de Mons en août 1914. Il croise par hasard Jean Houzeau De Lehaie, éminent botaniste Montois qui décide de venir en aide au soldat. Le Belge propose de lui céder une ancienne carrière à la seule condition qu’elle devienne un cimetière pour toutes les nationalités, sans exception. Cette solution acceptée par les Allemands et négociée avec les autorités locales, permit de rassembler dans une même nécropole tous les combattants sans distinction.

Unis dans la mort

Ainsi sur l'obélisque qui fait face à la croix du sacrifice, on peut lire l’inscription suivante :

« In memory of the German and English soldiers who feu in the action near Mons on the 23rd and 24th August 1914 ».


The German and English soldiers… Aussi incroyable que cela puisse paraître, le cimetière militaire de Saint-Symphorien rassemble des combattants de patries ennemies. Ici, pas de carré allemand ou de carré britannique. Le lieutenant Maurice James Dease du 4e Bataillon des Royal Fusiliers, premier soldat à avoir obtenu la Victoria Cross est inhumé à quelques pas de Niemeyer, premier récipiendaire allemand de la Croix de fer.