Les soldats britanniques prirent position du croisement jusqu’au faubourg Barthélémy. Le terrain abritait bien des coups de fusil, mais était balayé par le feu des canons et mitrailleuses.

Une section d’artillerie (2 canons de la 23e batterie) en position sur la gauche du bataillon essaya vaillamment de combattre le feu de l’artillerie allemande, mais attira sur elle un déluge de feu, l’obligeant à se replier. Ici encore, la position devenait intenable. Le bataillon se reforma et entama sa retraite. Le 2e Royal Irish emprunta la rue Léon Save, sauf une compagnie (la B) qui retraita à travers bois, derrière l’hôpital. Le 4e Middlesex se retira à sa suite. Les pertes du 4e Middlesex s’élevèrent à 15 officiers et 467 sous-officiers et soldats.

Après le repli britannique du cimetière, les Allemands reformèrent leur front et se redéployèrent de l’entrée de Mons jusqu’à « La Bascule ». Ils voulaient enlever le carrefour et couper ainsi la retraite aux forces britanniques. Ils affluèrent à travers champs et suivirent le chemin des Mourdreux.

Le sergent FITZPATRICK, R.Q.M.S. (Regimental Quarter Master Sergeant – Sergent quartier maître du régiment) avait reçu l’ordre du lieutenant R.E.G. PHILIPPS, vers 12h30 de rester sur place et d’attendre ses ordres. Le régiment se trouvait à ce moment à la brasserie Segard où venait de lui être servi de la bière. FITZPATRICK commença à préparer le repas avec ses hommes. Lorsqu’il vit que son bataillon se trouvait en difficulté et que certains hommes commençaient à retraiter, il rassembla 40 hommes, un amalgame de cuistots, ordonnances, magasiniers, conducteurs, etc. et occupèrent des tranchées situées de part et d’autre du carrefour. Il exigea de ses hommes de n’ouvrir le feu que lorsque l’ennemi serait à moins de 200 yards (environ 180 mètres).
Lorsque les éléments du 85e I.R. (à droite) et du 31e I.R. (à gauche) apparurent, ils furent reçus par un feu nourri. Après deux attaques classiques en masse, les Allemands changèrent de tactique. Ils attaquèrent par petits groupes en ordre dispersé.

Vers 15 heures, le major SIMPSON (du 1er Gordon Highlander) dont les défenses se trouvaient à la droite, arriva à « La Bascule » ; il fut étonné de trouver si peu d’hommes à une position si importante. Il revint peu après avec une douzaine d’hommes. Hélas le major SIMPSON fut blessé, mais put quitter les lieux sur son cheval.

Lors d’une accalmie, FITZPATRICK, accompagné de volontaires ramena une mitrailleuse abandonnée et endommagée ainsi que des boîtes de cartouches. Le sergent REDMOND parvint à réparer l’arme, ce qui aida considérablement leur défense. Il y avait déjà onze morts parmi les Irish et trois parmi les Gordon.

Les Allemands bombardèrent le secteur et les obus atteignirent les maisons. Quelques civils qui s’étaient réfugiés dans les caves furent tués. Les Allemands essayèrent à nouveau une charge, mais la mitrailleuse de REDMOND fit des coupes sombres dans leurs rangs. Le combat se déplaça alors vers les positions des Gordon Highlanders et des Royal Scots. FITZPATRICK et ses hommes survivants purent prendre quelque repos.
L’obscurité tomba enfin. Les pertes étaient de quinze morts et de quatre blessés graves. à ce carrefour, fut érigé en 1923, un monument représentant une croix celte. Il fut inauguré le 11 novembre 1923 par Lord FRENCH, comte d’Ypres, pour commémorer la participation de cette unité irlandaise et de sa glorieuse défense à cet endroit.

En face de ce monument, de l’autre côté de la chaussée, fut inauguré le 23 août 1986, un monument dédié aux deux batailles de Mons. Initialement installé dans le parc du château, non loin du beffroi, ce monument érigé en 1952, avait été inauguré par le Maréchal Alexander, comte de Tunis.

Il porte cette inscription:

«Here the forces of the British Empire fought their first and last battle in the 14-18 war. On 23rd and 24th August 1914, the British Expeditionary Force commanded by Sir John FRENCH with supreme courage held the advance of overwhelmingly superior German Forces. On Armistice Day 1918, after 60 hours of heavy fighting, Canadian divisions entered Mons. British and Canadian Regiments have erected this tablet to the Glory of God and to Commemorate these events».

Du carrefour de « La Bascule », descendez en direction de Mons, et 100 mètres à gauche, vous trouverez le château Gendebien (actuellement « Chez Léon »).