Revenez à la Grand-Place de Nimy, reprenez votre voiture et dirigez-vous vers Bruxelles, passez devant le S.H.A.P.E., à l’entrée de Casteau, sur le côté gauche de la route, vous trouverez un monument portant cette inscription :
«Ici fut établi le 22 août 1914 à 7h du matin le premier contact entre le corps expéditionnaire britannique et la 1e armée allemande. Le caporal E. THOMAS, de l’escadron C du 4e Royal Irish Dragoon Guards, tira le premier coup de feu et le capitaine C.D. HORNBY commanda la première charge qui refoula les éclaireurs ennemis jusqu’à la lisière nord de Casteau».

Le monument est placé, non pas à l’endroit où fut tiré ce fameux coup de feu, mais à l’endroit d’où partit la charge. En face de ce monument, sur la maison de l’autre côté de la chaussée vous pouvez apercevoir la plaque de l’arrêt des armées canadiennes lors de l’armistice du 11 novembre 1918. Vous êtes également à l’endroit du début et de la fin de la 1e guerre pour les armées du Commonwealth.
La division de cavalerie du général ALLENBY, forte de 5 brigades (soit 15 régiments) était entrée en Belgique le 21 août 1914. Elle avait pour mission d’une part, d’établir le contact avec l’armée française et d’autre part, d’évaluer la puissance de l’ennemi par l’identification des unités engagées.

La journée du 21 ne permit pas d’entrer en contact avec l’ennemi pourtant proche. Le major Tom BRIDGES qui commandait l’escadron C du 4th Royal Irish Dragoon Guards (2e Brigade du brigadier-général de LISLE) décida de pousser une reconnaissance sur la route Mons-Bruxelles et s’établit à l’aube du 22, en attente, à la hauteur de la Brisée de Saint Denis.

Vers 7h, à la limite entre Maisières et Casteau, une avant-garde de 4 cavaliers ennemis (du 4e Kuirassier) débouche de Casteau. Ils sont immédiatement aperçus par les Britanniques, tapis dans les sous-bois. Après s’être arrêté, l’ennemi fait demi-tour, immédiatement pris en chasse par le 1er peloton commandé par le capitaine HORNBY, suivi du 4e peloton où se trouve THOMAS.

Les hommes du 4e peloton mettent pied à terre près du château de Ghislain. Les Allemands commencent à tirer. THOMAS, le premier, dégaine, vise et tire, il abat un cavalier allemand. L’a-t-il blessé, il ne l’a jamais su. Les Britanniques n’avaient plus tiré un coup de fusil sur ce continent depuis Waterloo. Ce fut donc THOMAS qui eut l’honneur de tirer la première cartouche britannique de toute la grande guerre.
HORNBY poursuivit l’ennemi jusqu’à Soignies où il le rattrapa et ce fut la mêlée. Entretemps, les Allemands avaient reçu du renfort, notamment d’une compagnie cycliste. Au lieu dit «Reine de Hongrie» où se termina la poursuite, les Allemands eurent quelques blessés et les Britanniques revinrent fièrement avec quatre prisonniers (dont l’un s’évadera), n’ayant subi aucune perte. La division de cavalerie se retira dans la nuit, dans la région de Quiévrain, pour appuyer le flanc gauche de l’armée.

Le caporal E. THOMAS était militaire de carrière ; engagé à 14 ans, il servit dans l’armée des Indes. Il débarqua à Boulogne, le 15 août 1914. Transféré en 1916 au corps de mitrailleuse où il termina la guerre sans blessure, mais ayant subi les gaz. Décoré de la Military Medal (pour bravoure), il fut démobilisé en 1923 et devint portier dans un cinéma de Brighton (sa ville natale) où il mourut le 10 février 1939.

Reprenez votre voiture. Revenez sur vos pas. Au grand carrefour, suivez la direction Obourg, par la rue Brisée, tournez à droite à la rue du Camp que vous suivrez jusqu’à la rue des Ecossais, tournez à gauche par la rue des Anglais, vous arrivez à la Grand-Place d’Obourg, tournez à droite, passez sur le pont qui enjambe le canal ; au bas, tournez à gauche, vous arrivez à la gare d’Obourg.